Savez-vous d’où viennent vos candidats ?

Pour de nombreuses petites et moyennes entreprises, recruter n’est pas chose aisée. De multiples options s’offrent aux dirigeants tant sur le recrutement outbound (l’entreprise contacte directement un candidat potentiel identifié sur une CVthèque, un réseau ou autre) que sur le recrutement inbound (l’entreprise fait la publicité de son poste à pourvoir et laisse les candidats venir à elle). Outre le temps passé à chasser et à publier des offres d’emploi sur les nombreux sites d’emploi existants sur le marché, encore faut-il être en mesure de récolter des données de ces sites pour voir les canaux qui fonctionnent le mieux. C’est souvent là que les ATS (Applicant Tracking System) apportent une aide précieuse pour automatiser le suivi des candidats, optimiser les processus pour gagner du temps et mesurer les performances de ces actions. Les ATS ne sont plus aujourd’hui réservées aux grands groupes et séduisent de plus en plus les petites entreprises qui n’ont pas de service RH dédié ou qui doivent faire face à un volume de recrutement trop important compte tenu des ressources limitées dont elles disposent.

Afin d’identifier les meilleures sources de recrutement, Talents’in, logiciel de recrutement de type ATS, a réalisé une large étude portant sur ses clients PME/ETI ainsi que les cabinets de recrutement et agences d’interim. Les données statistiques de plus de 80 000 postes et un million de candidatures ont été traitées, principalement sur des fonctions Commerciales, Relation client, Services et Ingénierie, pour des profils entre 0 et 7 ans d’expérience avec une échelle de salaire entre 25 et 50 K€.

L’étude dresse tout d’abord un panorama des différentes sources de candidatures utilisées par ces entreprises. La diffusion d’annonces reste prépondérante et représente 87 % des candidatures reçues, loin devant le sourcing et la cooptation. Mais au-delà des candidatures, ce sont bien les recrutements effectivement réalisés qu’il convient d’analyser afin de tenir compte la conversion obtenue sur les différents canaux.

La diffusion d’annonces : 1er  vecteur de recrutement

Sans surprise, les annonces sont toujours en tête dans les sources de recrutement. À noter cependant qu’elles représentent 72 % des recrutements, contre 87 % des candidatures. Une conversion donc un peu plus faible des annonces par rapport aux CVthèques et à la cooptation/vivier.

Graphique en secteurs illustrant la performance des recrutements par catégorie, en pourcentage du volume de recrutements.

Le graphique en cinq secteurs illustre la performance des recrutements par catégorie, en pourcentage du volume de recrutements. Les sites d’emplois représentent la plus grande proportion du graphique avec 54,7% du total du volume de recrutement. Les sites carrières affichent 17,7%, les CVthèques 11,2%, les réseaux sociaux 14,1%. Enfin, le vivier et la cooptation représentent la plus petite proportion avec 2,2% du volume total. La source du graphique est Talents’in, d’après une étude sourcing datée de 2019.

Dans la catégorie regroupant les sites d’emploi et les réseaux sociaux, Indeed arrive en tête avec 42 % des recrutements réalisés sur l’ensemble de l’étude.

Graphique à barres illustrant les sources de recrutement avec un focus sur les sites emplois, en pourcentage du volume global de recrutements.

Le graphique à barres illustre les sources de recrutement avec un focus sur les sites emplois, en pourcentage du volume global de recrutements. L’axe vertical indique le pourcentage, en incréments de 10. L’axe horizontal indique les sources de recrutement sous forme de barres avec de gauche à droite : Indeed représentant 41,9%, Pôle emploi 17,5%, HelloWork 7,1%, LinkedIn 3,4%, FASHION JOBS 3,3%. La source du graphique est Talents’in, d’après une étude sourcing datée de 2019.

Pour en savoir plus, consulter l’étude complète réalisée par Talents’in sur ce lien.