Comment éviter le surmenage et trouver le juste équilibre

Combien d’entre-nous ne travaillent que 15 heures par semaine ? Ce chiffre était une projection du temps de travail au XXIe siècle par l’économiste John Maynard Keynes, à une époque où l’on pensait que des robots feraient le travail à notre place et que notre défi consisterait à trouver des activités pour occuper notre temps libre ! 

Quelques années plus tard, la réalité est toute autre : nous travaillons plus que jamais ! Les salariés français travaillent en moyenne 39 heures par semaine. Au Japon, le travail est tellement intense qu’il existe une expression consacrée : « karoshi », ou « overdose de travail. ». En Europe, on a surnommé la génération Z la « génération burnout », car elle est plus susceptible de souffrir de stress et de surmenage à une époque où, avec nos outils de communication, nous restons connectés en permanence.

Aujourd’hui, le surmenage est quelque peu devenu la norme. Mais ces longues heures de travail sont-elles réellement une bonne chose pour vous et vos employés ? Et si la réponse est non, comment éviter le surmenage et rééquilibrer vie privée et vie professionnelle ?

Le surmenage est-il efficace ? 

La semaine de 40 heures, qui constitue une base reconnue aux États-Unis, fut lancée par Henry Ford en 1914. Suite à des mesures très controversées à l’époque, Henry Ford réduisit les horaires de travail de son personnel de neuf à huit heures par jour, et multiplia par deux leur salaire. Son activité se mit aussitôt à prospérer. D’autres entreprises imitèrent son modèle et ces horaires devinrent très vite la norme à l’échelle nationale. 

Bien sûr, nous ne sommes plus en 1914, et la journée de huit heures n’est pas la règle pour tout le monde. Certains travaillent beaucoup plus.

Est-ce qu’en multipliant par deux nos horaires de travail nous avons doublé notre productivité ? Malheureusement, non. En fait, c’est exactement le contraire qui s’est produit. De nombreuses études montrent que lorsqu’on travaille plus de 40 heures par semaines, on devient moins productif. Ceci s’applique aussi bien aux cadres qu’aux employés. Une autre étude a montré qu’après huit semaines consécutives de 60 heures de travail (en anglais), les gains en productivité étaient généralement comparables à une semaine de 40 heures. 

Pire encore, le surmenage serait étroitement lié à des problèmes de stress, d’anxiété, de dépression et de maladies cardiovasculaires. Si à court terme, le surmenage permet de booster sa productivité, pour finaliser des dossiers urgents par exemple, il doit rester rare pour être réellement efficace. Et même dans ces cas-là, un temps de récupération est nécessaire pour retrouver son niveau de productivité habituel.

Comment les employeurs peuvent-ils prévenir le surmenage ?

Dans beaucoup de cas, les personnes qui travaillent beaucoup le font pour des raisons de culture d’entreprise, de pression managériale, de mauvaise répartition de leurs charges de travail ou de mauvaise gestion de leur temps. Que pouvez-vous donc faire, en tant qu’employeur, pour améliorer les choses ?

Voici quelques pistes :

  • Créez un précédent. Indiquez des horaires de travail à vos équipes et dissuadez-les de les dépasser. Montrez l’exemple et encouragez vos collaborateurs à faire de même. 
  • Évitez de communiquer sur des sujets liés au travail en dehors des heures de bureau, sauf dans les cas les plus urgents. Beaucoup d’employés se sentent obligés de répondre ou de rester joignables à tout moment pour faire bonne impression. Si nécessaire, préparez une ébauche de réponse et terminez celle-ci le lendemain matin. Si vous devez absolument envoyer quelque chose en dehors de vos horaires de travail habituels, précisez à vos collaborateurs qu’ils ne sont pas obligés d’y répondre immédiatement. 
  • Mettez en place de bonnes pratiques en matière de gestion du temps. Vous pourriez, par exemple, aider vos équipes à mieux gérer leur emploi du temps en définissant des plages horaires de disponibilité pour les réunions ; et de non-disponibilité, afin d’améliorer leur concentration et leur productivité.
  • Encouragez vos collaborateurs à prendre leurs congés. Sachant que les employés sont beaucoup plus épanouis et productifs à leurs retours de vacances, il est logique de les encourager à prendre l’ensemble des congés qui leurs sont dus. 

Si vous êtes en situation de surmenage

Vous êtes salarié, gérant, freelance ou indépendant et vous travaillez trop ? Voici quelques conseils pour reprendre le contrôle :

  • Effectuez vos tâches les plus importantes en premier lieu. S’il est souvent tentant de commencer sa journée de travail en éliminant toutes les tâches mineures qui encombrent sa to-do list, il est mille fois préférable de vous attaquer d’emblée aux plus importantes. Ceci vous permettra de terminer votre journée à l’heure, au lieu de repousser les choses les plus importantes en fin d’après-midi, vous forçant ainsi à travailler tard. 
  • Fixez-vous des projets en fin de journée. Si vous avez du mal à terminer votre journée de travail à l’heure, prévoyez une séance de sport avec des amis* ou un moment pour cuisiner avec votre famille. Le fait d’avoir rendez-vous vous forcera à être plus productif pendant la journée et à ne pas vous attarder.   
  • Fixez-vous des limites. Si vous avez tendance à vous laisser facilement distraire et à accepter du travail supplémentaire au moment où vous devriez terminer votre journée, établissez des limites : expliquez à vos collègues que vous devez terminer à telle heure et qu’ils doivent donc vous joindre avant s’ils souhaitent vous parler. Passez les alertes de vos applications en mode silencieux dès que vous terminez votre journée de travail pour ne pas être tenté de répondre aux mails ou messages de vos collègues. Si vous ne respectez pas votre temps libre, personne ne le fera non plus.
  • Réévaluez les priorités. L’ordre du jour de votre réunion hebdomadaire pourrait-il tout simplement être communiqué par e-mail ? Passez en revue votre calendrier pour vous assurer que chaque réunion est réellement nécessaire. Demandez-vous si votre présence est indispensable et si vous pourriez ne pas assister à certaines réunions afin de vous dégager du temps.

En résumé… 

Nous sommes nombreux à avoir intégré le stress et le surmenage dans nos quotidiens. Pourtant, tous deux ont un effet négatif sur notre productivité. Bien sûr, il sera parfois nécessaire de travailler beaucoup pour boucler un dossier urgent, mais nous n’avons rien à y gagner dans la durée. 

La mise en place de stratégies efficaces pour gérer son temps de travail et terminer sa journée à l’heure sera profitable à l’employé comme à l’employeur, en améliorant son épanouissement et sa productivité.

 

*hors période de confinement