Tous solidaires : comment mettre à profit ses compétences pour se rendre utile le temps du confinement ?

Pour la majeure partie des salariés, l’heure est au confinement. Selon les activités, les entreprises ont opté pour le télétravail ou le chômage partiel. Pour tous ceux qui ne peuvent  plus travailler comme avant ou qui ont une baisse d’activité, de nombreux moyens existent pour se rendre utile de chez soi. Chaque jour de nouvelles initiatives se font connaître sur Internet qui regorge de solutions pour s’entraider.

Quitter le mode frénétique de l’entreprise a du bon, le faire de façon aussi soudaine et radicale peut être déstabilisant. Face au confinement, nous devons construire rapidement des nouveaux repères positifs pour tenir bon pendant cette période inédite. Pourquoi ne pas utiliser nos compétences autrement, utiliser les nouvelles technologies pour se rapprocher des autres et utiliser notre temps intelligemment ? D’autant que rejoindre une plateforme pour aider les autres ou encore proposer son aide en ligne en fonction de son domaine d’activité ou connaissances est aussi intéressant d’un point de vue professionnel : cela permet de se poser certaines questions sur son expertise. Envisager de se rendre utile permettra, à coup sûr, de faire le point sur ses savoirs, réfléchir à la façon de les partager et au final développer de nouvelles compétences. Quant aux personnes à la recherche d’un emploi, cette démarche valorisera le sens de l’initiative et les valeurs de partage.

Aider ceux qui sont en première ligne ou les personnes à risque ou démunis 

Sans internet et les nouvelles technologies, point de solidarité à distance. Cela n’a jamais semblé aussi simple. Les sites d’échanges de services se multiplient depuis quelques jours. Celui de la Réserve civique s’est lancé le premier à l’initiative du gouvernement. Le site a été redéployé pour mobiliser les forces du pays prêtes à s’engager bénévolement pour faire face à l’épidémie.  Les associations et structures publiques peuvent y proposer des missions et les citoyens se porter volontaires pour s’y impliquer. Des associations telles que le Secours populaire ou Les Petits frères des pauvres, ont également besoin de bénévoles. Ces derniers peuvent être formés et encadrés pour appeler au téléphone les personnes âgées isolées. « A condition de ne pas angoisser soi-même ! » prévient  Mélanie Rossi, cheffe de projet chez les Petits frères des pauvres. « Il faut savoir travailler en équipe et faire preuve de bienveillance, d’empathie, savoir prendre du recul. »

Venir en aide au personnel soignant

Il est également possible de soutenir de chez soi le personnel soignant. Si la meilleure manière de les aider est de rester chez soi pour limiter la propagation du virus,  pour celles et ceux qui souhaitent se rendre utile de manière active, cela est possible. Plusieurs initiatives ont été lancées à l’instar de la plateforme En première ligne ». Les personnes souhaitant apporter de l’aide au personnel de l’AP-HP peuvent  se manifester via un formulaire, dans le respect des règles sanitaires.

L’Assistance-Publique des Hôpitaux de Paris (AP-HP) a aussi un système de centralisation pour les personnes qui souhaitent soutenir l’action du personnel hospitalier. Il suffit de s’inscrire via ce formulaire en ligne. Au programme : des missions que l’on peut réaliser à distance en restant chez soi, comme du développement web, du montage vidéo, de l’aide informatique…

Aidez ses voisins dans le besoin et dans leur quotidien

Si le personnel soignant doit être aidé en priorité, n’oublions pas notre entourage et notamment nos voisins parfois malades, âgés ou simplement seuls, quel que soit l’âge. La plateforme « Voisins Solidaires«  met à disposition un kit « Coronavirus : et si on s’organisait entre voisins ? ». Son objectif : aider les habitants à organiser l’entraide (affiche, tract, annuaire des voisins, panneau des voisins).

Autre possibilité pour se rendre utile : aider les personnes dans leurs démarches quotidiennes numériques en s’inscrivant sur la plateforme de médiation numériqueUn quart des Français ne maitrisent pas les outils numériques et les dernières études montrent un effondrement de l’équipement en terme d’imprimantes domestiques depuis la dématérialisation d’un certain nombre de démarches administratives. Les médiateurs numériques sont, de fait, submergés et s’organisent, avec le soutien du Secrétaire d’Etat chargé du Numérique, pour fournir conseils, ressources et tutoriels. Vous pouvez donc les rejoindre pour contribuer à l’élaboration de tutoriels ou devenir aidant au téléphone.

Donner simplement de son temps et partager ses compétences

En ces périodes délicates, l’entraide et la relation humaine est plus que jamais de mise. Le simple fait d’échanger, de se livrer ou de  partager ses expériences est nécessaire, voire vital pour certains. Les “Optimistes du Coeur” répondent à ce besoin. Ce réseau temporaire de volontaires permet de  donner de son temps aux plus isolés en cette période de confinement. Il suffit de s’inscrire sur le site l’Optimisme et proposer votre temps, vos compétences ou tout simplement votre écoute bienveillante.  Quiconque aura besoin de conseils pour traverser sereinement cette “transition planétaire” vous contactera.

En cette période inédite, chacun peut donc se rendre utile ou même se faire aider. Les indépendants, patrons de TPE ou PME pourront également venir en aide au plus grand nombre sur la plateforme d’EdTechfrance, une association solidaire de  250 entreprises qui offre des outils numériques gratuits utiles destinés à tous, parents, enfants de la maternelle à l’université, enseignants et salariés, pour apprendre les langues, passer des examens à distance, assurer le suivi des apprentis, se former… L’association Diversidays utilise, pour sa part, le numérique comme outil d’inclusion pour les jeunes entrepreneurs issus de la diversité. L’association engagée en faveur de l’égalité numérique a lancé #SolidairePasSolitaire, un mouvement pour le partage des connaissances. Le principe est simple, pendant 30 minutes ou 1 heure vous animez un atelier de code, de yoga, de community management… 80 personnes ont répondu à son appel pour organiser des ateliers en ligne. «  Il y a des cours de méditation, de sport, de yoga, des outils professionnels pour apprendre à s’exprimer en public et des hard skills sur la levée de fonds, et même un cours sur les contes pour enfants ! Il en faut pour tous » détaille Nadim Bel Lallahom, 26 ans, service designer et trésorier de l’association. 

One thought on “Tous solidaires : comment mettre à profit ses compétences pour se rendre utile le temps du confinement ?

Les commentaires sont désactivés.