Ces candidats qui font faux bond

Vous êtes finalement parvenu à trouver le candidat idéal. Dès le premier échange, vous avez senti une connexion avec lui. À la suite des entretiens, il a fait l’unanimité et vous n’avez donc pas tardé à lui proposer le poste et à l’annoncer en interne aux équipes. C’est à ce moment là que soudainement, sans signe avant-coureur, il cesse de répondre à vos appels et à vos e-mails. Silence radio… vous êtes victime de « ghosting ».

Le terme ghosting est généralement utilisé dans le contexte de rencontres amoureuses, lorsqu’une personne met fin à une relation en disparaissant du jour au lendemain sans explication. Mais ce phénomène existe désormais aussi dans le monde du travail.

On le connaît surtout dans les cas où il y a une rupture soudaine des communications pendant le processus d’embauche, venant de la part de l’employeur qui ne prend pas la peine d’annoncer au candidat qu’il n’a pas décroché le poste. Cependant, le contraire est de plus en plus vrai : on voit maintenant des candidats qui mettent fin au processus sans même prévenir l’employeur. Plus largement, le phénomène peut aussi être mis en lien avec une certaine banalisation des abandons de poste et des démissions.

Alors pourquoi ce phénomène s’amplifie-t-il et que pouvez-vous faire si cela vous arrive ?

Face à de nombreux choix, des candidats papillonnent

Aux Etats-Unis, avec un taux de chômage historiquement bas, les candidats ont l’embarras du choix. En 2018, pour la première fois, le nombre d’emplois disponibles était supérieur au nombre de chômeurs. De la même manière que les applications de rencontres offrent une liste infinie de potentiels « matchs », les candidats peuvent avoir l’impression qu’il suffit de zapper pour trouver un job encore mieux. Ainsi le rapport de forces s’est déplacé des entreprises vers les chercheurs d’emploi, qui à leur tour, passent parfois d’une opportunité à une autre sans prévenir l’employeur.

Même s’il est difficilement quantifiable, ce phénomène de ghosting existe aussi en France, à un niveau moindre. Le marché de l’emploi n’est certes pas aussi porteur qu’aux Etats-Unis, mais il y a tout de même certains certains secteurs où la pénurie de talents se faire sentir.

Ainsi, des employeurs sont confrontés parfois à des situations où un candidat ne se présente pas aux entretiens, où une nouvelle recrue ne vient pas le premier jour, où même des employés désertent sans prévenir ou sans respecter leur préavis. Il leur faut alors se démener pour gérer la situation et réembaucher. Dans ce cas de figure, employeur et employé passent tous deux à côté d’une opportunité d’échange et de bilan au moment de quitter l’entreprise.

Le ghosting est révélateur d’une communication défaillante

Les évolutions des modes de communication peuvent également contribuer à la montée du ghosting, selon les experts. De nombreux employés, en particulier les plus jeunes, ont désormais recours à des moyens informels et rapides pour échanger avec leur manager et leurs collègues, tels que les messages instantanés ou des SMS. Résultat, ils passent moins de temps en face à face ou en conversation téléphonique de vive voix, et ont donc moins d’occasions d’avoir une conversation délicate en personne.

Comme dans les relations personnelles, pour certains il est plus facile de disparaître que de faire face à une situation difficile. Par exemple, un nouvel employé dont le projet a mal tourné peut fuir parce qu’il ne se sent pas à l’aise pour parler à son patron.

Le ghosting est ainsi une rupture de la communication. Si vous avez déjà vécu cela, examinez de plus près la manière dont votre équipe et votre entreprise communiquent. Une communication régulière et transparente tout au long du processus de recrutement peut aider à prévenir ces déconvenues.

Comment éviter le ghosting ?

Voici quelques conseils pour réduire les risques.

Agir rapidement. Si vous voulez quelqu’un, ne tardez pas ! Plus de 70 % des candidats se tourneront vers leur offre de second choix si l’entreprise met trop de temps à réagir.

Être transparent. Si les candidats n’ont aucune visibilité sur l’avancée de leur candidature, ils passeront probablement à autre chose. Une communication claire et honnête au sujet du processus d’embauche, des étapes et du temps nécessaire à sa finalisation permet d’atténuer l’incertitude qu’un candidat pourrait éprouver à mesure qu’il franchit les différentes étapes. Enfin, n’ayez pas peur d’interroger les candidats sur leurs autres opportunités en cours, et sur ce qui pourrait influencer leur décision.

Ne négligez pas l’importance du feedback. Les managers doivent tenir les nouveaux employés au courant de leurs progrès et leur laisser le temps de poser des questions. Cela donne un visage humain à la relation et rend le ghosting plus difficile. Être dans une attitude d’empathie et d’écoute permet aux collaborateurs de mieux s’exprimer.

Préparez-vous au pire. Vous pouvez anticiper au cours du processus et prévoir plus d’entretiens que nécessaire, en supposant qu’il y aura quelques défections. En alimentant un vivier de talents, vous pouvez ainsi plus facilement vous retourner. Bien sûr, cela n’est peut-être pas possible pour tous les postes, priorisez en fonction des besoins et de la probabilité qu’un candidat vous fasse faux bond.

Enfin, lorsque vous faites une offre à candidat, il peut être utile de garder tout de même à l’esprit une liste de candidats de deuxième ou troisième choix.

La seule manière de se prémunir est donc de comprendre au mieux les attentes des candidats et de s’assurer une communication la plus fluide possible à tous les niveaux de l’entreprise.