1 Français sur 3 a déjà renoncé à postuler à une offre d’emploi à cause de son niveau en langues étrangères

Niveau de langues et candidature

De très nombreuses offres d’emploi indiquent la maîtrise d’une langue étrangère dans la liste des compétences requises pour le poste. Recruteurs, sachez que cette exigence peut vous couper d’un bon nombre de candidats !

Comment la maîtrise d’une langue étrangère impacte-t-elle une recherche d’emploi ?

Selon le dernier rapport « Propositions pour une meilleure maîtrise des langues vivantes étrangères » remis au Ministère de l’Education, la France fait encore partie des mauvais élèves en Europe pour l’apprentissage de l’anglais à l’école. Les conséquences se font sans surprise ressentir par la suite, au cours de la vie professionnelle des Français.

Indeed a récemment mené une étude1 auprès de 800 actifs ou chercheurs d’emploi en France afin d’identifier comment un faible niveau de langues impacte la recherche d’emploi. Les résultats révèlent ainsi que la maîtrise, ou plutôt la non-maîtrise d’une langue étrangère représente réellement un frein pour un grand nombre de candidats. En effet, 35 % des répondants ont déjà renoncé à postuler à une offre d’emploi à cause de leur niveau en langues.

La question se pose d’ailleurs dès la rédaction du CV. 7 % des sondés avouent avoir menti ou surévalué leur niveau en langues sur leur CV. Il faut cependant noter que 58 % des Français trouvent difficile d’évaluer leur niveau en langues au moment de rédiger leur CV.

Enfin, les langues étrangères ne font pas partie des compétences que les candidats se préparent à démontrer en entretien. Seulement 36 % des sondés s’attendent à être testés dans une autre langue au cours d’un entretien d’embauche.

S’exprimer à l’oral, une crainte pour les salariés Français

Les chiffres révèlent que 41 % des Français estiment ne pas maîtriser suffisamment aucune une langue étrangère pour pouvoir l’utiliser dans le cadre professionnel. Néanmoins, et malgré ces difficultés, évoluer dans un environnement international reste un critère attractif pour 53 % des Français au moment de la recherche d’emploi.

Mais les Français ne souhaitent pas que leurs difficultés à maîtriser une langue étrangère, comme l’anglais, demeurent une fatalité. Ils sont 62 % à souhaiter s’améliorer et une majorité à désirer que leur employeur se mobilise pour les aider à progresser via une formation organisée sur le temps de travail.

La marge de progression reste significative. Une fois en poste dans un cadre international, 64 % des Français craignent tout de même de s’exprimer oralement dans une langue étrangère au travail, de peur d’être mal compris ou de mal comprendre leur interlocuteur.

Recruteurs, adaptez vos descriptifs de postes

Pour ne pas limiter les candidatures – d’autant plus pour un poste difficile à pouvoir – nous vous conseillons d’évaluer précisément les besoins en langues étrangères. À vous de juger si la maîtrise de la langue est indispensable ou facultative pour le poste concerné.

N’hésitez pas non plus à indiquer dans l’offre si l’entreprise est en mesure de proposer une formation complémentaire à une personne qui correspondrait au profil recherché mais dont le niveau de langues serait trop faible.

 

1 Source : Enquête en ligne réalisée auprès de 800 Français actifs ou en recherche d’emploi, représentatifs de la population nationale, âgés de 18 ans et plus, en septembre 2018, sur le panel propriétaire de Bilendi.